L’Avènement De Muntu (l’Homme)

J'adresse un grand merci à tous ceux qui ont pris le temps de réagir, soit directement sur le blog, ou sur mon adresse e-mail. Beaucoup disent apprécier mon courage. Mais ce courage, c'est quoi ? Où je le puise? Un individu en bande a du courage tout simplement parce qu'il fait partie d'un groupe. Ainsi au sein de celui-ci, il s'y nourrit et s'y identifie.

Un petit enfant souvent puise son courage dans la présence de ses parents, à côté de lui.
Cela le rassure. Et moi ? Moi, je tire mon courage dans la présence, physique ou non, de près ou de loin, de vous tous qui savez vivre votre humanité et votre divinité dans l'amour, et dans la conscience. Vous tous qui savez que la force de la vie réside dans sa diversité. Vous qui savez qu'il faut accepter et respecter cette diversité. Je ne suis pas opposant à la chrétienté, ni à tout autre mouvement religieux ou spirituel dont se réfèrerait le peuple Bantu. Je m'insurge tout simplement contre le fait et la manière d'apprendre la spiritualité à ce peuple, comme si, de toute son histoire, il n'avait jamais eu connaissance de celle-ci. Je continue à affirmer qu'il ne s'agit pas là d'un peuple ignorant et inculte, à qui on doit tout apporter. Je suis partisan de l'échange, de la mixité. Pas des dogmes, pas de la rigidité. L'approche de l'enseignement de Jésus, de Bouddha, de Mahomet, etc. n'a pas pour but d'éloigner quiconque de lui-même, de ses racines, mais de lui permettre de s'en rapprocher avec plus de conscience. Tout croyant (même si je ne cautionne pas ce mot, car celui qui croit, ne sait pas ; il y a, en fait, l'ombre de l'ignorance derrière ce mot), féru d'humanité et de spiritualité, ne peut que mieux appréhender ceci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *